Quelqu’un nous a dit qu’en mai dernier, Madame Thérèse COULON, Maire de MELAY, avait fait paraître dans le journal une annonce, qui n’est pas passée inaperçue :

« Mairie vend petite commune rurale tranquille bientôt millénaire, 1600 habitants, bien située, bien gérée, tissu associatif dynamique, grande réserve foncière, potentiel fiscal à développer.

 Prix : 1 euro symbolique, affaire à saisir. »

5 mois après, le conseil municipal de MELAY, délibérant ce soir au sujet du projet de création d’une commune nouvelle, vient « dans sa grande sagesse » de signer le compromis de vente de MELAY à CHEMILLE, à une voix près, soit 10 votes « Pour » contre 8 votes « Contre ».

Est-il prévu une condition suspensive à ce compromis de vente, comme l’avis de la population par exemple ?

Finalement, au vu du résultat trop limpide de la consultation pour avis de la population de MELAY refusant à 86% le projet, la mairie a préféré ne pas mettre de condition suspensive.

En conséquence, l’acte définitif de vente et la remise des clés de MELAY à CHEMILLE seront régularisés dans les jours prochains chez Mr le Préfet, qui décidera sauf imprévu de créer une commune nouvelle CHEMILLE- MELAY.

***

Au nom de l’association SOS MELAY et de la majorité de la population, nous regrettons cette décision du conseil municipal qui, si elle peut paraitre conforme au droit, balaye d’un revers de la main les règles élémentaires de la démocratie et du bon sens.

Cette décision sera la tâche originelle d’un projet mal ficelé, précipité et à sens unique, qui n’a convaincu presque personne au sein de la population, car il n’était tout simplement pas mûr.

L’aveuglement et la sourde oreille plutôt que le dialogue auront finalement servi de fil conducteur à une partie du conseil municipal pour passer outre les messages d’alerte et la volonté de la majorité des habitants de MELAY.

Nous en appelons maintenant à la lucidité de Mr le Préfet, pour reconnaitre qu’il y a en vérité vice de consentement entre les parties, et pour ne pas cautionner ce mariage forcé en refusant comme arbitre en dernier ressort la création de la commune nouvelle.

En conclusion, nous espérons d’une part que même si ce choix laissera longtemps des traces, les Melayons sauront panser leur plaies de manière digne et que le chemin de la sérénité sera retrouvé.

Nous espérons d’autre part que cet exemple vivant d’une démocratie vacillante interpellera les élus politiques au niveau national, car quand une loi est mal faite (loi du 16 dec 2010), ce que reconnaissent de nombreux responsables, il faut changer la loi.

Nous remercions chaleureusement les habitants de MELAY et certains membres du conseil pour leur courage, pour lequel le prix à payer est toujours moins élevé que celui du renoncement.

 

                                                     SOS MELAY le 22 octobre 2012

                                                     REPORTAGE CANAL CHOLET DU 23 OCTOBRE

                                                      REPORTAGE ALOUETTE FM DU 23 ET 24 OCTOBRE  

REPORTAGE FRANCE3 13H. DU 23 OCTOBRE  


                                                                    REVUE DE PRESSE

CC

O
CO

 

 

 

 

 

 

 

 

O