L’arrêté du Préfet de Maine et Loire pris le 12 novembre 2012 entérine la création de la commune nouvelle CHEMILLE-MELAY à effet du 1er janvier 2013 et signe la dernière étape d’un déni de démocratie, que nous dénonçons.

C’est en effet un rasoir à 2 lames qui a fait son œuvre à MELAY :

La première lame a coupé la volonté démocratique des Melayons quand, le 22 octobre dernier, le conseil municipal s’est prononcé, à 1 voix près et contre toute attente, en faveur du projet de fusion,

La deuxième lame a coupé net le simple bon sens, lors de la signature de l’arrêté préfectoral.

Bafouer ainsi l’avis de la population de MELAY qui s’est exprimée à 86% contre le projet de création d’une commune nouvelle est révélateur d’un dysfonctionnement grave.

Malgré les nombreux messages d’alerte adressés au Préfet de la part des citoyens, de certains membres du conseil municipal actuel, d’anciens élus de la commune, réclamant à tout le moins un moratoire sur ce projet, la voix de la sagesse n’a pas été entendue. Il est vrai que le Préfet qui vient d’arriver n’a visiblement pas eu le temps d’apprécier le dossier à sa juste mesure.

Pour notre part, nous considérons entre autres que les conditions normales de fonctionnement du conseil municipal de MELAY ont été faussées, frappant de nullité la délibération prise. Nous allons devoir le démontrer juridiquement désormais.

Au sein du village, cette évolution précipitée et contre-nature, vécue comme un abandon de propriété de la commune, va laisser des traces indélébiles. Le fil qui relie la population aux élus était mince, nous déplorons maintenant qu’il soit rompu.

Au plan général, nous espérons que ce triste cas d’école fera jurisprudence, interpellera les élus au niveau national et permettra d’accélérer le changement de la loi du 16 décembre 2010 pour en corriger les aberrations.

Si la volonté collective sans cesse réaffirmée est bien de mettre le citoyen au cœur du débat public, il est temps que cela se traduise dans les faits.

 

                                                                       SOS MELAY

                                                                       le 16 novembre 2012

LIEN POUR Arrete_portant_Commune_Nouvelle

O

 CO_19_11