Madame le Maire,

 

En lisant Ouest-France du 18 octobre, j’ai été sidéré de voir l’analyse que vous faites concernant les résultats de la consultation lancée par SOS MELAY à propos de la commune nouvelle.        

C’est la loi électorale qui indique que les résultats sont basés sur le nombre de votants  et non sur le nombre d’électeurs potentiels. 

 Il est inadmissible qu’un maire  garant de la loi dans sa commune puisse faire une analyse comme la vôtre.

Par ailleurs, vous critiquez des relances. Vous et certains conseillers font exactement la même chose (promesses, harcèlement).C’est peut-être ce qu’on appelle une campagne électorale.

Depuis le début du projet, vous nous menez en bateau et je vous passe tous les détails que j’ai notés.

Je suis outré que certains conseillers qui ne se sont jamais engagés dans nos associations (ou si peu de temps : un an ou deux avant les élections municipales), que certaines personnes  qu’on ne connaissait pas même pas à Melay car ils n’y viennent jamais (c’est grâce au système de listes même non officielles) détruisent notre commune et la livre à Chemillé.

J’espère que les services préfectoraux et Monsieur le Préfet lui-même lisent la presse et constatent votre manque d’objectivité avant de prendre une décision, car je l’ai bien compris c’est lui seul qui décidera OUI et pourquoi pas NON ;

Quelle que soit le résultat du vote de lundi soir je pense qu’après tant de mauvaise foi certaines démissions seront très certainement nécessaires.

Je termine en précisant que je ne fais pas partie de SOS Melay mais que j’adhère totalement à la réponse parue ce matin dans la presse.

Veuillez agréer, Madame le maire, mes salutations.

 

                                                                                                                                                                                                                      Jean-Marie SUPIOT